Triesse participe au séminaire régional des EGA en Auvergne-Rhône-Alpes
24 octobre 2017
Vie de l’équipe : ça bouge chez Triesse !
16 janvier 2018

Les États Généraux de l’Alimentation : Notre regard pour tirer parti de cette opportunité

Nos consultants se sentent particulièrement concernés par les annonces du Président de la République faites à Rungis les 11 octobre. La perte de compétitivité des filières françaises vis-à-vis de nos partenaires est une situation, pour nous, inacceptable ; l’appel à entreprendre une nouvelle organisation des filières procède de cette préoccupation de « défendre la souveraineté alimentaire de la France ».

Une ambition qui appelle des compétences et une véritable transformation

Les déclarations du Président Macron montre une réelle ambition, quoi devra pouvoir s’appuyer sur des compétences et un changement de logiciel de certains opérateurs

  • « des plans par filière » ; il demande aux agriculteurs de se grouper en vraies organisations commerciales dotées d’objectifs de production adaptés à des débouchés, en France et sur le marché mondial – C’est la conviction que Triesse a défendu dans ses conférences « France laitière, terre d’avenir » tenues partout en France au premier semestre 2017. Triesse a déployé une compétence toute particulière, en partenariat avec Vivea, pour accompagner la construction de ces organisations sur les différentes filières.

 

  • Le Président souhaite que « chaque filière puisse déterminer ses coûts de production, s’engager sur les volumes et les qualités (labels, …) » et bâtisse des « contrats pluriannuels ». Nous savons toute la difficulté de cet exercice et avons développé pour nos clients des modèles d’analyse de la valeur en filière fruits, légumes, viti-vini, pomme de terre industrie, … Ces modèles peuvent servir de base à des négociations contractuelles mais ils révèlent surtout les marchés où les filières qui créent de la valeur, ceux/celles où ils/elle en dégrade. Ce sont de prodigieux outils de progrès pour aller chercher les zones de valeur pour demain.

 

  • Par ailleurs, le Président évoque la « nécessaire contribution de l’autorité de la concurrence pour fournir un cadre clair aux filières et ainsi faciliter le regroupement de l’offre et la fixation des prix ». Triesse soutient la concertation commerciale ; elle est bien souvent indispensable à la structuration d’une filière, locale ou nationale. Mais cette nécessaire concertation se doit d’être en conformité avec la loi ; nous voyons à priori d’un bon œil une évolution de la position de l’autorité de la concurrence sur ces pratiques, pour renforcer la concertation commerciale, stimuler les alliances.

La volonté des acteurs et les méthodes pour y  arriver

Le 27 octobre, Triesse a participé au séminaire Région Auvergne Rhône Alpes des Etats Généraux de l’alimentation. De nombreux acteurs ont souligné l’importance prépondérante des investissements immatériels et de l’accompagnement des acteurs pour réussir cette transition. Les filières se complexifient, les technologies explosent, plus que jamais, les acteurs doivent travailler ensemble pour relever les défis. Et cela demande de la méthode et des compétences nouvelles.

Filière par filière, les professionnels doivent maintenant élaborer leurs contrats. Il en va de la libération de moyens par l’Etat pour soutenir ces transformations, comme cela a été évoqué lors du discours de Rungis. Nous apporterons tout notre soutien aux efforts des professionnels pour les aider à aborder ces transformations. Car nous sommes convaincus de leur nécessité et sommes convaincus que la ferme France a tous les atouts pour réussir chez elle mais aussi au niveau international. Nous savons que tout cela ne dépend que de deux facteurs : la volonté des acteurs et les méthodes pour y arriver.