Interview de Valérie, consultante développement marketing et commercial des entreprises.
26 juillet 2018
Retour sur notre séminaire de Juillet à l’Arche La Vallée à Hauterives
27 juillet 2018

Intégrer la blockchain dans la transformation numérique de la filière agro-alimentaire

La blockchain : une technologie d’enregistrement partagé pour une information infalsifiable

A l’heure où les consommateurs ont perdu confiance dans les marques alimentaires et se noient dans la diversité des labels, la technologie de la blockchain semble constituer une solution pour redonner confiance et créer de la valeur de l’amont à l’aval.  Après avoir initié une révolution dans le monde monétaire, la blockchain est maintenant au centre des réflexions dans le secteur alimentaire, les domaines agricoles et agroalimentaires. Elle promet de changer l’acte d’achat en effaçant le manque de confiance entres les consommateurs et les producteurs.

Demain, en allant acheter un produit alimentaire, le consommateur aura à disposition sur son smartphone, toute la vie du produit. Il ou elle pourra instantanément savoir quels sont les intermédiaires qui ont façonné le produit et la provenance des matières premières ayant servi à son élaboration. Grâce à la technologie de la blockchain, les acteurs de la chaîne de la production alimentaire pourront avoir accès à toutes les informations de traçabilité et justifier de la qualité et de l’origine du produit. En somme, c’est un outil idéal pour les producteurs et les consommateurs afin d’assurer la qualité et l’origine des produits.

Mais la technologie de blockchain c’est quoi ? C’est une technologie d’enregistrement électronique partagé qui permet le stockage et la transmission d’information. Elle ne possède pas d’organe central de contrôle et est distribuée, c’est-à-dire que différents exemplaires de l’information existent et, de fait, l’information est rendue infalsifiable. En effet, du fait de sa duplicité, si une information est modifiée, les différents acteurs détenteurs de l’information en seront avertis immédiatement. C’est ce caractère infalsifiable qui séduit les adeptes de la transparence.

La blockchain et le partage de données (source : blockchain France)

Agro-alimentaire : quelles opportunités ?

Dans les filières alimentaires, cette technologie de blockchain permet d’enregistrer et de transmettre les informations relatives à un produit alimentaire à chaque étape de sa production à sa consommation en passant par sa transformation et sa distribution. La technologie de blockchain représente une opportunité intéressante et au service des acteurs de la chaîne de production puisque qu’elle leur permettra de contrôler plus facilement les approvisionnements et les potentiels retours tout en délivrant une information de qualité au consommateur final. En permettant de retracer l’origine du produit, la technologie de blockchain est un moyen d’éviter les scandales alimentaires. Elle représente aussi un moyen d’assurer les transferts de responsabilités et intègre les tiers de confiance et les certifications. La blockchain a le potentiel d’être une vraie révolution dans le monde de la traçabilité des produits alimentaires avec le nouveau modèle de rupture qui en découle.

La blockchain de la fourche à la fourchette (source : Élaboration Triesse)

 

C’est aussi une aide à la décision que la technologie de blockchain peut apporter à de nombreux acteurs. Cette capacité d’interconnecter différents éléments infalsifiables amènera des connaissances précises permettant de nourrir des décisions en relation avec la collecte de données (Big Data) et leurs analyses (Machine Learning). Cette technologie s’inscrira pleinement dans l’agriculture numérique en supportant les programmes intelligents de contractualisation ou la gestion connectée des exploitations agricoles. La blockchain devient alors un acteur clé de la digitalisation de l’entreprise pour faciliter la coopération et casser les silos.  C’est un outil idéal pour une coopérative.

Certains producteurs et distributeurs indépendants « intégrés » dans un tel système le refuseront sûrement mais seront-ils capables de résister à une telle révolution technologique et une confiance retrouvée avec le consommateur ?

 

Perspectives : vers une transformation de la lisibilité des filières longues pour le consommateur ?

Nous imaginons qu’en étant aidé à la décision et en ayant l’assurance de la transparence de leurs actions, les acteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire continueront leur mobilisation vers des pratiques plus éthiques et responsables.

La blockchain est encore à ses balbutiements et bien qu’il n’y ait pas d’organe central de contrôle, les systèmes de mise en œuvre sont encore à créer. D’ores et déjà, certains leaders du secteur s’attellent à la tâche.

L’irruption de la blockchain entrainera, sans doute, l’évolution de nombreux métiers de services, l’émergence de nouvelles de qualifications et professions dans les domaines agricoles et agroalimentaires mais aussi la disparition de certains métiers. C’est certainement les fonctions de la distribution qui seront le plus concernées par ces changements. En ayant le potentiel de prendre à terme la place des tiers de confiance, cette technologie concurrencera forcément les professionnels de la certification, de l’assurance ou de la banque.

Enfin si demain les industriels et la grande distribution se saisissent de cette technologie et deviennent capables de rendre compte à ses clients de la provenance des produits qu’ils achètent, quelle sera la réaction des acteurs des circuits courts ? Resteront- ils bien implantés en offrant d’autres valeurs pour se distinguer ?

La « traçabilité » est-elle l’unique attente des consommateurs ?