Débat # 4 : La maîtrise de l’origine et de la qualité des matières est devenue un enjeu majeur des entreprises agroalimentaires
10 janvier 2019
Interview de Anne Courtois-Degorce, notre consultante Viti-Vini
10 janvier 2019

Les outils semi-industriels des filières de proximité

La demande des consommateurs pour une alimentation locale et le besoin des producteurs de mieux valoriser leurs productions concourent au développement de filières longues de proximité, nécessitant des outils de transformation adaptés.  Ces outils de transformation des filières de proximité mis en place ne sont plus artisanaux de par les volumes importants qu’ils peuvent traiter, ni tout à fait industriel au sens où ils visent à répondre à une demande territoriale des producteurs et des consommateurs et ne s’intéressent à priori ni au marché national ni à l’exportation. Ils ont un rôle structurant pour les filières de proximité via leur activité de transformation des produits agricoles en produits de consommation destinés au bassin de consommation local.

Une étude menée par Gressard Consultants fait ressortir une grande variété de modes de gouvernance et de modèles économiques :

– des outils privés exploités par des entrepreneurs non exploitants agricoles,

–  des outils privés exploités par un producteur qui offre des prestations de service à d’autres,

– des outils exploités collectivement par les exploitants agricoles regroupés en coopérative d’utilisation du matériel agricole (CUMA), en société coopérative agricole, en association ou en groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE),

– des outils exploités par un partenariat entre différents acteurs, par exemple producteurs, distributeurs et collectivités, autour d’un projet commun de transformation agroalimentaire regroupés en société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) ou en société coopérative de production (SCOP),

– des outils publics gérés en direct ou en délégation.

Chaque organisation présente ses avantages et inconvénients et les acteurs principaux doivent bien définir leurs objectifs pour faire les bons choix en  conséquence. La réussite est liée à la conjonction de multiples facteurs mais dans tous les cas le facteur humain reste le plus important : vision partagée, engagement, compétences.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter :

Eloi Lebert, consultant

Elebert@triessegressard.com